L’encre du voyageur

« L’encre du voyageur » de Gilles Lapouge (Albin Michel)

Lien vers la notice : https://biblio.villars-sur-glane.ch/NetBiblio/search/notice?noticeNr=N13096

Dans la longue liste des personnalités fauchées par le Covid-19 en 2020 figure modestement le nom de Gilles Lapouge. Si ce dernier ne possède pas une notoriété aussi éclatante que ses compères, il convient de reconnaître qu’avec son décès, la littérature a perdu l’un de ses plus grands écrivains voyageurs. Gilles Lapouge avait fait ses débuts dans le journalisme, ce qui lui avait permis de conserver sa curiosité autant que sa simplicité. Ami de Nicolas Bouvier, il fut aussi l’un des piliers du Festival « Etonnants voyageurs » de Saint-Malo, fondé par Michel Le Bris (qui vient également de nous quitter).

« L’encre du voyageur », qui avait reçu le Prix Femina de l’essai en 2007, vous permettra de découvrir un peu ce style empreint d’humour et de poésie qu’était celui de Gilles Lapouge. Il savait toucher juste. Amoureux du Brésil qu’il avait découvert par hasard, il restait toujours lucide et ne tombait jamais dans le sensationnalisme ou le mauvais goût.

« La terre du Brésil est violette, noire, jaune ou blanche. Le bleu de ses ciels est celui de ses mers. Et dans le vert violent de ses forêts passent des compagnies d'oiseaux bariolés. » écrivait-il l’année dernière dans son « Dictionnaire amoureux du Brésil ».

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout